l'expo. vue par le journal sud ouest

Publié le par Itsas Begia

l'expo. vue par le journal sud ouest

Article du journal sud ouest paru le 19 février :

La rencontre entre le Musée d'Aquitaine de Bordeaux et les Cibouriens d'Itsas Begia est le fruit d'un heureux hasard. Au terme d'une minutieuse enquête, elle aboutit à une exposition de clichés anciens exceptionnels, souvent inédits, et au bel ouvrage qui en est tiré : « Regard sur le patrimoine maritime basque » (1).

L'exposition itinérante, confiée à l'association locale pour cinq ans, a été inaugurée fin janvier à Bordeaux. Elle sera à Bayonne cet été, à Saint-Jean-de-Luz à l'automne.

En attendant de découvrir les clichés en grand format, le livre, publié à compte d'auteur, est déjà en librairie.

Une mine. Tant du côté des photos que des textes. « Les plus vieilles images datent de 1865 et les plus récentes d'avant la Seconde Guerre mondiale », décrit Marie-Pierre Galarraga, membre de l'association qui œuvre pour la sauvegarde et la transmission du patrimoine maritime basque.

En quête de vérités

C'est grâce à elle que l'aventure débute, voilà cinq ans. L'adhérente d'Itsas Begia connaît une personne du musée. Elle passe l'y voir. « Là, je tombe en arrêt devant une très ancienne photo de Larraldenia, raconte-t-elle. Je demande s'il y en a d'autres de la Côte basque. » Et il y en a d'autres. Des tas d'autres dans la photothèque du musée. Elles sont issues du travail de photographes amateurs et professionnels ou d'anciens éditeurs de cartes postales. Sur plaques de verre, au bromure d'argent, les négatifs racontent le port d'autrefois, les naufrages oubliés dans la baie, les conserveries, Socoa, les ponts luzo-cibouriens disparus, l'activité maritime du reste de la côte.

Il y a là de quoi faire une grande exposition et un livre, en y incluant en plus des clichés du fonds Konarzewski, le premier photographe luzien. L'iconographe du musée se charge de nettoyer les images. Aux Cibouriens de les dater et de raconter leur histoire. Dans le sillage de Marie-Pierre Galarraga, Jean Marc Ospital et le permanent d'Itsas Begia Christian Ondicola se retroussent les manches et de Bayonne, à Paris, ils traquent les preuves. « On est allé vérifier et recouper chaque info, sans prendre en compte les idées reçues ou ce qui est déjà écrit ailleurs », disent-ils.

Par prudence, Itsas Begia n'a tiré le livre qu'à un millier d'exemplaires. À peine un mois après sa sortie, la moitié est déjà écoulée. La demande est forte. L'association songe déjà à une réédition. Encore une belle idée.

(1) Kilika éditions. 15 euros.
Le livre est disponible :
- Directement à l'association ( 2 rue JB Carassou à Ciboure, tél : 0559474802 ).
- En commande par mail à " regard.maritime@orange.fr ".
- En librairie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article