21 mai : Hommage aux pêcheurs Luziens et Cibouriens

Publié le par Itsas Begia

21 mai : Hommage aux pêcheurs Luziens et Cibouriens

Maiatzaren / 21 / Mai à 18h

Donibane Lohitzun / Jai Alai / Saint Jean de Luz

Ziburu & Donibaneko Arrantzaleak Omentzeko

Hommage aux Pêcheurs Luziens et Cibouriens

Entrée Gratuite / Sartzea Dohainik

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Partenaires du projet de reconstruction du baleinier « San Juan », les collégiens de Piarres-Larzabal reviennent sur une aventure de quatre ans. Rendez-vous samedi au jai alai

Quatre ans d'une vie sur le même projet. Ce n'est pas rien. Surtout quand on a à peine 14 ou 15 ans. Les 70 élèves de troisième du collège bascophone Piarres-Larzabal ont embarqué dans la machine à remonter le temps à leur entrée dans le secondaire. Asier, Eki, Eneka, Julene, Garbiñe et les autres ont été propulsés quatre siècles et demi en arrière, sur la piste du baleinier « San Juan », en témoins très privilégiés d'un pan de passé basque. Cette longue aventure se clôt cette semaine par une riche exposition à la Grillerie du port et un grand spectacle au jai alai, samedi.

Reconstruire la nef à l'identique

Construit à Pasaia, le « San Juan » sombre en 1565 au large des côtes canadiennes. En 1978 une équipe d'archéologues trouve l'épave. Découverte majeure, elle symbolise aujourd'hui le patrimoine culturel subaquatique de l'Unesco. Trois décennies plus tard, en vue de San Sebastian Capitale européenne de la culture 2016,un pari ambitieux est lancé avec le gouvernement canadien : reconstruire la nef à l'identique sur le port basque en utilisant les techniques de l'époque. L'association Albaola naît du projet. Côté français, l'établissement scolaire bascophone de Ciboure et le Musée basque de Bayonne en deviennent partenaires.

De l'anglais à l'histoire-géo, les collégiens ont vécu chaque trimestre au rythme de cette aventure, orchestrée pour eux par l'équipe pédagogique du collège de Ciboure. En sixième, ils découvrent l'histoire du « San Juan ». Et là, se souviennent Julene, Asier et leurs camarades, « on nous a annoncé qu'on allait suivre la reconstruction du bateau jusqu'à la fin qui était censée correspondre à notre dernière année ici. On nous a dit aussi que ce serait relié à nos différentes matières. On ne s'imaginait pas précisément en quoi ça consisterait. En fait, on a appris plein de choses d'une autre façon que d'habitude. »

« On s'est attaché »

« On a découvert l'histoire des marins de Saint-Jean-de-Luz et Ciboure, travaillé en anglais sur la BD de Guillermo Zubiega qui raconte l'aventure d'un chasseur de baleines basque. Il vit à New York et est venu nous voir pour nous faire une conférence », racontent-ils. « Lors d'une chasse au trésor dans Saint-Jean-de-luz, le prof de maths nous a donné des calculs à résoudre en lien avec la navigation. »

Les exemples fusent. Il y a le déchiffrage du carnet en basque ancien d'un marin anonyme du XVIe siècle, la pièce imaginée autour de « L'Odyssée d'Ulysse », la fois où ils sont allés en forêt découvrir comment se choisissaient les arbres dédiés à la construction navale. Et puis bien sûr « la visite, deux fois par an sur le chantier de Pasaia pour voir l'avancée de la construction avec les charpentiers de marine. »

Les jeunes font sans hésiter pencher la balance du côté positif, même s'ils ont un vrai regret : le bateau est loin d'être achevé. Problèmes de financements et retards au lancement ont allongé les délais. « On est déçu de ne pas le voir terminé, parce qu'on s'y est attaché, confie Asier, approuvé par les autres adolescents. Il ne sera peut-être fini qu'en 2020. » À cette date, ils devraient avoir fini leurs années lycée. Qu'importe. Ils l'assurent, ils garderont néanmoins un œil attentif et affectueux sur le « San Juan ».

Un spectacle hommage

Pour clore ces quatre années de travail et rendre hommage aux pêcheurs cibouriens et luziens, un grand spectacle gratuit est offert ce samedi, à 18 heures, au jai alai. Une comédie musicale imaginée par les élèves sur la vie des marins et de leurs familles ouvrira les festivités. Place ensuite aux adultes pour un grand concert qui mêlera les talents des groupes musicaux de tous styles (Jon Maia, Ttikia eta Handia, Unama, Tximi Txama gazteak, H-Eden, Kartsuki, Zort’ziburu et l’Estudiantina de Ciboure).

L’exposition « Itsasoa » retraçant le projet des jeunes et installée à la Grillerie est ouverte de 15 heures à 19 heures jusqu’à dimanche. Sur ce thème, on peut aussi y découvrir une exposition sur la pêche à la baleine par l’association Itsas Begia, le travail d’Albaola, celui de la revue Altxa Mutillak ainsi que des videos et photos issus de l’Institut culturel basque.

( Journal Sud Ouest du18 mai )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article