Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bulletin adhésion 2017

                

La sauvegarde du Patrimoine Maritime vous intéresse ?

Venez nous rejoindre, vous serez toujours bienvenu(e)s !

Téléchargez le bulletin d'adhésion 2017

Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

 

logo-ciboure

SAINT-JEAN-DE-LUZ

urrugne

 

 

 

 

 

 

 

  

      

eke-b-k

photo chantier marin1

 

logo adam accueil

images[3]

labasq

 

 buvette de la halle

  

       

 

 

 

 

 

   

IBoutique / Denda


Kilika éditions ( 15€ hors frais de port éventuel )

Le livre est disponible :

- Directement à l'association ( 2 rue JB Carassou à Ciboure, tél : 0559474802 )

- En commande par mail à l'adresse " regard.maritime@orange.fr "


 

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 09:38

Article du journal Sud Ouest :

 

À bord du " Mater ", la pêche racontée aux enfants

L’association de Pasajes, Itsas Gela, transporte les enfants dans un voyage imaginaire, de la pêche des appâts à celle du thon, à bord du « Mater ». Ambiance.

À bord du " Mater ", la pêche racontée aux enfants Lierni Garcia, animatrice du « Mater », mime d’agrafer un poisson en plastique au bout de son hameçon. © Photo

Photo O. D.
Q

ue met-on au bout de l'hameçon pour pêcher le thon ? « Des vers de terre ! » ose un marin d'eau douce d'une école hendayaise. Pas tout à fait. « On met des petits poissons vivants. Parce que le thon est un prédateur », corrige Lierni Garcia, animatrice d'Itsas Gela, l'association originaire de Pasajes, spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine maritime basque, qui a attaché les amarres, deux jours durant, au port de pêche d'Hendaye.

Le temps de la visite sur le thonier le « Mater » transformé en bateau-école, Lierni Garcia met les petits dans la peau de solides pêcheurs basques. « Pour commencer, les marins ne disent pas gauche et droite, ils disent bâbord et tribord. » Un côté pour attraper les appâts, l'autre pour pêcher le thon.

Voyage imaginaire

La vie de marin n'est pas facile, prévient l'animatrice, il faut accepter de quitter sa maison pour quelques jours. Aucun moussaillon n'a peur de partir sans sa maman ? Pas de mutinerie dans l'équipage ? Tout le monde aime le poisson ? On peut alors s'envoler vers le grand large pour un voyage imaginaire !

D'abord, on lance les filets, que l'on appelle des bonliches, pour sortir de la mer quelques petits poissons vivants. Les mailles de cordages encerclent les bancs de sardines avant de se refermer sur eux comme un sac. « On n'utilise pas la canne à pêche, on n'en finirait jamais, reconnaît Lierni Garcia. En revanche, on ne pêche pas le thon avec un filet car on prendrait aussi les petits thons, poursuit-elle. Les pêcheurs pensent qu'il vaut mieux les laisser grandir pour les attraper plus tard. Mais dans d'autres pays, ils pêchent le thon avec des filets jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de poissons dans la mer », grince-t-elle.

Lorsqu'on a fini de pêcher les friandises pour les thons, on enlève les vêtements mouillés et on attend.

Les enfants suivent le guide autour des viviers, s'agrippant aux bords du trou pour scruter les profondeurs comme au fond d'un puits.

Ils s'imaginent bien les petits poissons frétiller dans l'eau avant d'être jeté en pâture aux monstres des mers.

« Ils sont tout énervés, ils ne sont pas contents d'être pris au piège dans le vivier », décrit Lierni Garcia qui mime d'en tirer un du vivier pour l'agrafer au bout de son hameçon.

Le clou du spectacle

Les enfants sont captivés par l'aventure. Et lorsqu'elle s'apprête à lancer la ligne, c'est le clou du spectacle. Son et lumière. Une dizaine de lances d'incendie pétaradent comme les grandes eaux de Versailles. Les jets d'arrosage camouflent la coque du bateau en même temps que le mouvement produit à la surface, est censé attirer les thons à la surface de la mer. L'animatrice fait mine, ensuite, de lancer des petits poissons dans l'eau. « C'est comme si on nous lançait des bonbons. À votre avis, on ferait quoi ? » À entendre la réaction unanime des enfants, ils se jetteraient tous dans le piège avec plaisir.

Il faut ensuite se représenter les pêcheurs en action, retirant de la mer le thon bagarreur. Après quoi, direction les entrailles du bateau, et la glace où les prises devaient être conservées, à côté des couchettes qui sentaient l'odeur de poisson. C'est le moment d'imaginer que l'on rentre au port. « Qui commande le bateau ? » interroge Lierni Garcia. « Moi ! Moi ! Moi ! »

Les enfants agrippent le gouvernail. « Le capitaine, c'est celui qui adore faire des exercices de mathématique », coupe Lierni Garcia. Bizarrement, il n'y a plus grand monde pour prendre la barre. Toute la classe est sur le pont, prêt à regagner l'école, avant la photo souvenir. Des étoiles plein les yeux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Itsas Begia - dans 2014
commenter cet article

commentaires

Les routes du patrimoine maritime

Nouvel outil pédagogique au service de ceux qui veulent mettre en place des démarches d'éducation au patrimoine maritime en Pays Basque et Sud Landes

  Pages-de-itsasondarea-eskuorria.jpg

 www.itsasondarea.eu

 

Initiative développée par le CPIE Littoral basque avec Itsas Begia, soutenue par le Fonds Européen pour la Pêche (FEP)

Le Livre De Bord

Côté Pédagogie

  _1681.jpg

 

L'histoire du  Patrimoine Maritime Basque et la navigation vous intéressent ?

Venez naviguer avec nous sur la chaloupe " Brokoa " ou sur les battels " Louis Auguste " & "Itsas Begia "

Consultez  ici notre  catalogue de modules pédagogiques & d'animations diverses ( découverte du Brokoa, visites guidées, conférences, expositions, location de  panneaux..) spécialement destinés  aux groupes et aux scolaires.

  N'hésitez pas à contacter Christian notre permanent  au 0559474802, au 0643868319 ou par  courriel " itsas.begia@orange.fr "si vous désirez  plus de  renseignements.

Côté maquettes

URTE BERRI ON 2011 IB Laurent et Pierre vous attendent tous les mardis au local de l'association de 14h30 à 18h30.

 Il est possible d'envisager d'autres créneaux de travail.

Côté archéologie Sous Marine

Informer, faire prendre conscience de notre patrimoine archéologique et contribuer à écrire l'histoire.

Favoriser la localisation du patrimoine maritime et subaquatique ainsi que sa préservation et mise en valeur.

Inventorier et documenter les objets déjà renfloués et actuellement hors de leur contexte archéologique.

Répertorier les naufrages sur notre côte dès l'époque moderne ( archives ).