Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bulletin adhésion 2017

                

La sauvegarde du Patrimoine Maritime vous intéresse ?

Venez nous rejoindre, vous serez toujours bienvenu(e)s !

Téléchargez le bulletin d'adhésion 2017

Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

 

logo-ciboure

SAINT-JEAN-DE-LUZ

urrugne

 

 

 

 

 

 

 

  

      

eke-b-k

photo chantier marin1

 

logo adam accueil

images[3]

labasq

 

 buvette de la halle

 

  

       

 

 

 

 

 

   

 

IBoutique / Denda


Kilika éditions ( 15€ hors frais de port éventuel )

Le livre est disponible :

- Directement à l'association ( 2 rue JB Carassou à Ciboure, tél : 0559474802 )

- En commande par mail à l'adresse " regard.maritime@orange.fr "


 

23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:45

Extrait du journal SO :

Le parfum de la sardine n'est qu'un vieux souvenir

La dernière conserverie du port, qui employait 130 personnes, a mis la clé sous la porte en février 1997. Un triste anniversaire.

Les dizaines de manifestations qui ont accompagné la fermeture de toutes les conserveries, entre les années 60 et 1997, n'ont pas empêché ce triste dénouement industriel.

Les dizaines de manifestations qui ont accompagné la fermeture de toutes les conserveries, entre les années 60 et 1997, n'ont pas empêché ce triste dénouement industriel. (PHOTO ARCHIVES DANIEL VELEZ)

  

      Il y a la carte postale : l'alignement des dizaines de bateaux dans le port qui permettait de traverser la Nivelle à pied en sautant de coque en coque. Et les souvenirs olfactifs : l'odeur du poisson transformé dans les conserveries de Saint-Jean-de-Luz et Ciboure qui embaumait toute la baie. Une époque totalement révolue qui est pourtant tatouée dans les mémoires des anciens.

Il y a 15 ans, presque jour pour jour, la dernière conserverie du port fermait ses portes. C'était le 28 février 1997. L'usine comptait 131 salariés. Après des années de lutte et de négociations, Saupiquet décidait de centraliser sa production en Bretagne et à l'étranger, au détriment de son site cibourien.

« C'était révoltant »

Un tremblement de terre pour le quartier maritime, qui comptait encore sur son territoire 23 conserveries en 1956 ! En 1976, il restait

encore six conserveries qui employaient 1 200 personnes et qui traitaient 20 000 tonnes de poisson (90 % ne transitaient plus par la criée locale). En 1991, l'usine Saupiquet de Ciboure était leader européen de la conserve de sardine (8 000 tonnes soit 40 % de la production française) avec 130 salariés fixes et 30 à 100 intérimaires. « Tout le monde avait un membre de sa famille qui travaillait ou avait travaillé dans une conserverie », se souvient Michel Jimenez, mécanicien pendant 30 ans à Saupiquet.

Mais l'ouverture des frontières européennes et la concurrence féroce des pays émergents ont changé les règles du jeu. « La fermeture a été vécue comme un traumatisme en 1997, soupire Henri Anido, qui travaillait aussi au service entretien. Avant de partir, la direction nous avait demandé de démonter les machines et de les installer dans l'usine de Quimper. Mais nous avons refusé : il était impossible pour nous de démonter un outil qui a nourri nos familles pendant tant d'années. C'était révoltant. Je comprends maintenant la réaction de certains ouvriers qui apprennent leur licenciement du jour au lendemain. »

Un souvenir douloureux

Même avec une reconversion réussie, le souvenir est toujours aussi douloureux pour ces anciens de Saupiquet. Michel Jimenez tient désormais la poissonnerie Uhaina à l'espace Eskalduna route de Bayonne. Et Henri Anido est à la tête de deux commerces aux halles de Saint-Jean-de-Luz et à Marinela. Avec le recul, ils savent que la concurrence étrangère aurait eu, tôt ou tard, la peau et les écailles de l'usine de Ciboure. « Mais elle aurait pu survivre quelques années de plus. »

La conseillère régionale Sylviane Alaux, qui a suivi de près le dossier en tant qu'attachée parlementaire de la députée européenne Nicole Péry, garde un goût amer de cet épisode : « De grosses subventions avaient été accordées pour moderniser l'usine Saupiquet. Et quelques années plus tard, la direction décidait de fermer le site pour le transférer à Quimper ! Il y a bien eu une politique de reclassement des ouvriers, mais beaucoup sont restés sur le carreau, contrairement à ce que promettait Saupiquet. » Le plan social aux ramifications complexes n'a pas porté ses fruits en effet. Les projets Valdeliss, les Pêcheries basques ou Orma ont fait long feu par exemple.

La mémoire du port

D'autres observateurs du dossier, qui assurent que des solutions auraient pu être trouvées pour recréer une nouvelle dynamique autour de la sardine, estiment que la cacophonie politique et les divergences entre les élus (le maire de Saint-Jean-de-Luz Paul Badiola, le maire de Ciboure Albert Péry et la députée Michèle Alliot-Marie) avaient largement desservi la cause des ouvriers.

Avec le recul, ces derniers estiment que l'arrivée du directeur du site de Quimper à la tête de l'usine cibourienne a été le tournant dans ce dossier : « Saupiquet voulait concentrer toutes ses activités françaises sur un seul site. Quand il a fallu choisir entre Quimper et Ciboure, le directeur a prêché pour sa paroisse. »

Résultat, Saupiquet a fermé les portes de l'usine à double tour, emportant au passage toutes ses machines. « C'est dommage, ils auraient pu en laisser au moins une ici », regrette un ancien de l'usine. Pour la mettre dans un musée ? Les conserveries font désormais partie de la mémoire du port.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Itsas Begia (journal SO ) - dans 2012
commenter cet article

commentaires

Les routes du patrimoine maritime

Nouvel outil pédagogique au service de ceux qui veulent mettre en place des démarches d'éducation au patrimoine maritime en Pays Basque et Sud Landes

  Pages-de-itsasondarea-eskuorria.jpg

 www.itsasondarea.eu

 

Initiative développée par le CPIE Littoral basque avec Itsas Begia, soutenue par le Fonds Européen pour la Pêche (FEP)

Le Livre De Bord

Côté Pédagogie

  _1681.jpg

 

L'histoire du  Patrimoine Maritime Basque et la navigation vous intéressent ?

Venez naviguer avec nous sur la chaloupe " Brokoa " ou sur les battels " Louis Auguste " & "Itsas Begia "

Consultez  ici notre  catalogue de modules pédagogiques & d'animations diverses ( découverte du Brokoa, visites guidées, conférences, expositions, location de  panneaux..) spécialement destinés  aux groupes et aux scolaires.

  N'hésitez pas à contacter Christian notre permanent  au 0559474802, au 0643868319 ou par  courriel " itsas.begia@orange.fr "si vous désirez  plus de  renseignements.

Côté maquettes

URTE BERRI ON 2011 IB Laurent et Pierre vous attendent tous les mardis au local de l'association de 14h30 à 18h30.

 Il est possible d'envisager d'autres créneaux de travail.

Côté archéologie Sous Marine

Informer, faire prendre conscience de notre patrimoine archéologique et contribuer à écrire l'histoire.

Favoriser la localisation du patrimoine maritime et subaquatique ainsi que sa préservation et mise en valeur.

Inventorier et documenter les objets déjà renfloués et actuellement hors de leur contexte archéologique.

Répertorier les naufrages sur notre côte dès l'époque moderne ( archives ).