Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bulletin adhésion 2017

                

La sauvegarde du Patrimoine Maritime vous intéresse ?

Venez nous rejoindre, vous serez toujours bienvenu(e)s !

Téléchargez le bulletin d'adhésion 2017

Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

 

logo-ciboure

SAINT-JEAN-DE-LUZ

urrugne

 

 

 

 

 

 

 

  

      

eke-b-k

photo chantier marin1

 

logo adam accueil

images[3]

labasq

 

 buvette de la halle

  

       

 

 

 

 

 

   

IBoutique / Denda


Kilika éditions ( 15€ hors frais de port éventuel )

Le livre est disponible :

- Directement à l'association ( 2 rue JB Carassou à Ciboure, tél : 0559474802 )

- En commande par mail à l'adresse " regard.maritime@orange.fr "


 

3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 11:08

Les forçats de la rame ont tous vaincu l'océan ( article journal SO )

Partis lundi de Bilbao, les dix-sept batteleku engagés ont tous franchi la ligne d'arrivée samedi à Saint-Jean-de-Luz, après six étapes et 90 milles parcourus. Un exploit physique. Photo Jihane Bergaoui

Partis lundi de Bilbao, les dix-sept batteleku engagés ont tous franchi la ligne d'arrivée samedi à Saint-Jean-de-Luz, après six étapes et 90 milles parcourus. Un exploit physique. Photo Jihane Bergaoui

Ils se sont dépassés physiquement pendant six jours. Et se reposèrent au septième. Après une semaine de compétition, la 19e édition du Trophée Teink s'est achevée, samedi, par la victoire du batteleku rose « Martta ».

De Bilbao au port de Saint-Jean-de-Luz, les participants du raid ont ramé jour après jour dans les vagues de l'océan. Les artaunak (rames) ont claqué sur l'eau, les corps endoloris se sont tendus pour la fin de la dernière étape, partie d'Hendaye deux heures plutôt. Dernière ligne droite de cette guerre entre le corps et l'esprit.

Un corps fatigué et abîmé. Sur leurs mains, des ampoules et des pansements jusqu'aux bouts des doigts. Leur peau est burinée par ces épreuves en plein soleil. Avant de reprendre la mer, les rameurs nettoient à nouveau leurs blessures ou s'enroulent les paumes d'une bande.

Une aventure entre copains

Un dernier coup de crème solaire, quelques étirements, et les dix-sept batteleku repartent à l'assaut de l'océan, encadrés par plusieurs bateaux d'assistance. Après avoir salué - rames à la verticale au son d'une sirène - le port qu'ils quittaient.

« On est soulagé d'arriver. Mais moi, j'aborde ça comme une détente, une semaine pour voir la côte depuis la mer. C'est magnifique ! », s'enthousiasme Dominique, capitaine du bateau « Lagunekin », « avec les copains » en basque.

Le raid est avant tout une aventure entre copains. Ils sont trois par bateau : un barreur et deux rameurs. Ils font corps ensemble contre les éléments marins. Une solidarité à toute épreuve entre les équipes, malgré la compétition. « En 19 ans, je n'ai jamais vu ça ! Cette année a été exceptionnelle pour le niveau sportif, mais surtout pour la solidarité entre les participants », explique Jean-François Irigoyen, à la fois rameur et instigateur du Trophée Teink en 1993.

Un bateau perdu

À l'origine de cette solidarité, un épisode malheureux, la perte du bateau « Arraun Laguna », le batteleku, justement, de Jean-François Irigoyen. À cause de la tempête, l'étape espagnole entre Getxo et Bermeo du mardi 26 juillet a dû être annulée. Et alors que les participants ralliaient Bermeo par train, les bateaux en bois ont, eux, été rapatriés par les voies maritimes. Mais l'un d'entre eux a chaviré. Le batteleku a vogué seul sur 24 milles pendant plus de 20 heures, pour être retrouvé le mercredi par la Croix-Rouge espagnole. L'embarcation réparée en urgence, les trois rameurs ont ainsi pu reprendre l'aventure le jeudi matin au départ de Lekeito. « La journée de mardi a été très difficile. On était abattu, mais cette difficulté a soudé le groupe ! », insiste Jean-François Irigoyen.

Parmi les 51 concurrents, une femme. Stéphanie participe pour la deuxième fois au Trophée Teink. « On est tous fatigués, mais ça passe vite. Le principal, c'est que tout le monde soit resté jusqu'au bout ! », lâche-t-elle en souriant. Et la seule équipe mixte du raid a brillé puisque « Xitoa » est arrivé deuxième.

Pour effectuer ce classement général, les batteleku se sont affrontés lors de courses contre-la-montre sur une partie de l'étape. Samedi, ils avaient 2,5 milles à parcourir avant de franchir la ligne d'arrivée face à la Maison de l'Infante.

Sur l'eau, les forçats de la rame ont été rejoints par la kaskarot pour effectuer leurs derniers mètres en musique. Et sous les applaudissements de centaines de curieux impressionnés par cette épreuve d'endurance. Vainqueur de l'étape, les équipiers de « Martta » ont reçu le drapeau des mains de Peyuco Duhart, le maire. Avant de recevoir quelques heures plus tard, le véritable « Trophée Teink ». Un objet de convoitise qu'ils remettront en jeu l'année prochaine pour les vingt ans du raid.

Partager cet article

Repost 0
Published by Itsas Begia - dans 2011
commenter cet article

commentaires

Les routes du patrimoine maritime

Nouvel outil pédagogique au service de ceux qui veulent mettre en place des démarches d'éducation au patrimoine maritime en Pays Basque et Sud Landes

  Pages-de-itsasondarea-eskuorria.jpg

 www.itsasondarea.eu

 

Initiative développée par le CPIE Littoral basque avec Itsas Begia, soutenue par le Fonds Européen pour la Pêche (FEP)

Le Livre De Bord

Côté Pédagogie

  _1681.jpg

 

L'histoire du  Patrimoine Maritime Basque et la navigation vous intéressent ?

Venez naviguer avec nous sur la chaloupe " Brokoa " ou sur les battels " Louis Auguste " & "Itsas Begia "

Consultez  ici notre  catalogue de modules pédagogiques & d'animations diverses ( découverte du Brokoa, visites guidées, conférences, expositions, location de  panneaux..) spécialement destinés  aux groupes et aux scolaires.

  N'hésitez pas à contacter Christian notre permanent  au 0559474802, au 0643868319 ou par  courriel " itsas.begia@orange.fr "si vous désirez  plus de  renseignements.

Côté maquettes

URTE BERRI ON 2011 IB Laurent et Pierre vous attendent tous les mardis au local de l'association de 14h30 à 18h30.

 Il est possible d'envisager d'autres créneaux de travail.

Côté archéologie Sous Marine

Informer, faire prendre conscience de notre patrimoine archéologique et contribuer à écrire l'histoire.

Favoriser la localisation du patrimoine maritime et subaquatique ainsi que sa préservation et mise en valeur.

Inventorier et documenter les objets déjà renfloués et actuellement hors de leur contexte archéologique.

Répertorier les naufrages sur notre côte dès l'époque moderne ( archives ).